Share Button

 Chaque jour j’écris de petits textes,
comme pour vider le sacs de mes souvenirs,
où certains sont si bien cachés
que je suis obligée de faire cela pour les retrouver…

Chaque jour j’écris de petits textes,
comme pour vider le sacs de mes souvenirs,
où certains sont si bien cachés
que je suis obligée de me faire de la place pour les retrouver…

Chaque jour je cris sans bruit dans le sac de mes souvenirs,
où certains sont si bien cachés que je peine à y mettre le nez, tant ils sont serrés.
Je me creuse la tête, je joue des coudes pour bousculez les plus récents,
et je m’enfonce doucement vers le fond, le noir, l’oubli, le rien…

... en grattant le grain du gris papier, d’une plume légère en acier, trempée dans l’encrier...

… en grattant le grain du gris papier, d’une plume légère en acier, trempée dans l’encrier…

Chaque jour je crie en écrivant des mots…et des maux…
et je m’ôtes chaque jour le poids d’un souvenir tombé tout au fond de mon sac…
Et que j’ai recueilli.

Je le crie en grattant le grain du gris papier,
d’une plume légère en acier, trempée dans l’encrier,
gravant, griffant le grimoire improvisé
d’un écriture au graphisme gribouillis, graffiti, chagrin,
égratignant, écorchant le manuscrit octroyé,
réceptacle de souvenirs oubliés, en mot à mot,
résumant le lointain de ma vie,
le lointain de ma jeunesse,
le lointain de mon enfance,
l’horizon de ma naissance,
où se mêlent évidemment, par la déchirure au fond du sac,
les souvenirs des autres qui viennent aussi puiser au fond de leur sac,
leurs souvenirs enfouis,
parfois, les leurs, parfois, les miens…

De chaque jour,
lorsque j’écris un souvenir,
venus du fond du sac,
du fond de l’oubli,
je laisse la trace du souvenir,
souvenir de ce jour qui s’enfuira bien vite lui aussi,
au fond du sac….