Share Button

Une suite à la « lettre », le passage d’une histoire, qui s’est peut-être passée, ou qui aurait pu être… J’espère ne pas vous décevoir !

Belle demeure non loin du péristyle et du Gravier, à Agen

– Belle demeure non loin du péristyle et du Gravier, à Agen

« A Agen, ce jour de mars 1799

Ma très tendre amie… 

 Que de temps passé depuis notre dernière rencontre… Et tous ces événements qui ont bouleversés nos vies… C’est une prière que je te fais…

J’ai su par Limousin que tu étais restée au pays. Ma famille me manque terriblement. Si je risque cette missive, c’est que l’une des personnes qui m’hébergent, la plus fiable est décédée, et que j’ai très peur de ce qui peut m’arriver maintenant.

Je requière ta confiance et ton hospitalité, car j’ai décidé de fuir dès que possible. Peux-tu me faire savoir par Limousin si c’est possible !

Je te promets de te dire tout et le reste, dès que nous serons réunies.

Je t’en supplie, mon amie…Mon affectueux souvenir, et toute ma tendresse.

Ton amie, »

Au bas de la lettre, les deux initiales de mon amie… Je comprends mieux pourquoi après cette lettre mystérieuse.

A nouveau un bouquet d’émotions… Je me mords la main pour ne pas crier… Ce parfum, ces nouvelles… Que faire ? Je me souviens des événements qui ont eu lieu au village il y a quelques années… La violence entre les gens à Ladignac… Les idées font parfois bien des dégâts, plus que les actes, mais les deux y étaient alors… Des amis ont risqués leurs têtes pour si peu de chose, par ignorance… Et que dire de nos « seigneurs et maîtres », les habitants de nos châteaux alentours ? Les bons comme les mauvais, tous partis à l’étranger, ou emprisonnés, ou parti à l’échafaud…

Je ne peux laisser ma tendre amie, ma sœur de cœur dans cet embarras…
Pourvu qu’il ne soit pas trop tard…
A qui en parler en premier…
A qui faire confiance…

J’ai mal au cœur et la tête me tourne. J’aurai du déjà me douter de quelque chose en voyant la destination sur le papier. La ferme de la Combe n’existe pas ici… Jamais même entendu ce nom . Heureusement le facteur, ce devait être Limousin, et la vieille Jeanne me connait bien ! Une alliée précieuse en ces temps de colère… Tout comme Limousin !

Je retrouve Jeannot, à l’étable, dans la grange. Mon grand frère. Oui, mon grand frère, car en dépit de tout, ce sera toujours mon grand frère, ce garçon de cinq ans mon aîné avec qui je vis depuis seize ans… Il le restera malgré tout, malgré tous, le notaire, ma tante et son testament et ses aveux, mon autre mère…Un instant, je me fige… Jeannot me secoue par la manche…

–       « Que veux-tu ma Jeanne ? »

- Dans la grange, l'étable...

– Dans la grange, l’étable…